NOËL: HIER ET AUJOURD’HUI

NOËL: HIER ET AUJOURD’HUI

COMME CHAQUE ANNÉE, C’EST LE RETOUR DU STRESS DE NOËL

Mi-novembre. Centre ville. Shopping. Des décorations de Noël partout. Des parents stressés. Des vendeurs de chaussures coiffés de bonnets de Père Noël. De mauvaise humeur, parce que dans le fond, ils veulent juste être vendeurs de chaussures et pas animateurs pour enfants. Denant des haut-parleurs surgissent soudain les premières mesures de «Last Christmas». Réprimer son envie de fuir. Tu ne peux pas planter ton fils là, comme ça. Conclusion: tenir bon. Ça coûte des nerfs. Chaussures trouvées. Chaussures achetées. Ça coûte de l’argent. Beaucoup d’argent. Mais ton fils a chaud aux pieds. Papa essaie de mettre à son fils veste et bonnet. Fiston ne veut pas. Papa menace, Papa supplie. Fiston se jette par terre. Fiston se retrouve avec la sucette dans le bec pour se calmer et finit par se laisser habiller. Papa est en sueur. On sort dans le froid. Rhume en perspective.

Mais tout ceci a aussi du bon. En effet! J’étais prévenu. L’occasion fait le larron. Noël approche. Et cette année, il faudrait vraiment s’y prendre autrement. Pas de manège familial. Pas de disputes à propos du menu. Pas de cadeaux de dernière minute. Pas de stress. Juste un beau Noël tranquille. Un vœu pieux? Ça vaut la peine d’essayer.

NOËL À LA FIN DES ANNÉES 70, DÉBUT DES ANNÉES 80

C’était parfait. Paisible. Détendu. Un bon repas. Le calme et la sérénité s’installent. En gros: installer et décorer l’arbre le Noël dans la matinée. Etoile en paille, sujets en bois, pommes rouges, véritables bougies en cire d’abeille. La totale. L’extincteur à portée de main. Safety first. Enfiler sans râler sa tenue de soirée. Puis descendre la rue enneigée jusqu’à l’église. Crèche de Noël. Messe. Chants de Noël. „Joyeux Noël à tous!“ Nous, les enfants, envahissions la salle de séjour. Les bougies qui brûlent dans l’arbre. Les cadeaux emballés sous le sapin, Papi et Mamie sur le canapé. La magie de Noël qui brille dans les yeux. C’est l’heure du repas. Tout est délicieux. Tous sont rassasiés. Déballer les cadeaux. Pouvoir enfin jouer toute la nuit. Et les jours suivants: jouer, aller se promener dans la neige, manger beaucoup et rendre visite au reste de la famille qui habite très loin dans la grande ville. Avec le recul, ça a des accents du petit Lord Fauntleroy. Mais c’est comme ça que je l’ai vécu étant enfant.

Noël à la fin des années 70, début des années 80

NOËL HIER

POUR LES ENFANTS, UN RÊVE, POUR LES PARENTS, LA FOLIE

Nous habitions un village perdu. Le magasin le plus proche pour les cadeaux de Noël vraiment cool se trouvait à près de 50 km. Internet et les achats en ligne étaient alors inconnus. Nous, les enfants, nous ne nous rendions pas compte que maman avait passé pratiquement toute la nuit dans la cuisine, et de tout le travail que cela représentait, pour préparer un délicieux repas de fête et offrir à sa famille, et surtout à ses enfants, un Noël parfait. Et d’ailleurs, nous ne devions pas nous en rendre compte. Et je suis éternellement reconnaissant envers mes parents pour chacune de ces magnifiques fêtes de Noël.

Noël aujourd’hui

NOËL AUJOURD’HUI

LA FOLIE A CHANGÉ DE CAMP

Ce n’est qu’aujourd’hui, quand on a sa propre famille, que je réalise le stress que cela a dû être pour eux. Et bien sûr, j’essaie de transmettre à mon fils aussi ce Noël choyé, comme j’ai eu la chance de pouvoir le vivre. Ce qui n’est pas facile. Les temps ont changé. On vit plus vite, on est plus cynique, on a plus de possibilités. Le choix des cadeaux est énorme. On est confronté à l’embarras du choix et tout ce qui est proposé n’est pas toujours intéressant d’un point de vue pédagogique ou tout simplement raisonnable, d’une façon ou d’une autre. La famille? Elle est grande et ne vit plus comme autrefois dans la même ferme, mais parfois à plus de 700 km de distance.

Réussir à concilier la famille, ses propres attentes et celles des membres de la famille, sans parler du travail, est quasiment devenu mission impossible.

NOËL, C’EST QUOI POUR NOUS?

Alors que faire? Peut-on et veut-on satisfaire tout le monde? Qu’est-ce qui est le plus important pour moi et ma chérie? Elle aussi a bien sûr sa propre conception de Noël. Qu’est-ce que nous voulons donner et transmettre à notre fils pour Noël? La naissance de Jésus? L’église? Que donner est plus important que recevoir? Simplement quelques jours au calme avec juste papa-maman? Des vœux de Noël avec toute la famille lointaine la Sainte Nuit par vidéo-conférence sur Skype avec un réseau surchargé? C’est comme ça que cela doit être? Non. Ça ne doit pas.

Noël, c’est quoi pour nous?
Il nous faut un plan

IL NOUS FAUT UN PLAN

Ce qu’il faut pour un beau Noël sans stress, c’est se demander comment, en tant que famille, nous allons trouver notre propre façon de fêter Noël. Et ce de telle façon qu’on puisse de nouveau aussi se réjouir l’année suivante.

C’est de cela dont nous devons tenir compte, ma compagne et moi, en tant que parents, et ça signifie devoir faire des compromis. Parce que dans le fond, la magie de Noël doit surtout rejaillir sur notre fils. Pour qu’il en profite. Si ça marche, on va pouvoir se détendre un peu.

L’ULTIME CONSEIL POUR NOËL

Réfléchir et prioriser. Accepter de ne pas pouvoir répondre aux attentes de tout le monde et éventuellement refuser quelque chose à quelqu’un. Trouver et construire son propre rituel de Noël. C’est comme ça que je survis à Noël. Et toi aussi. Nous te souhaitons un bon Noël.